facebooktwitteryoutube logo

 

 

Les bureaux et le standard téléphonique sont fermés le mercredi.

La D.G.S ( Direction Générale de la Santé) et l’ONCFS viennent de diffuser un communiqué pour sensibiliser les chasseurs aux risques liés à  cette zoonose. Les autorités sanitaires ont constaté cette année une augmentation du nombre de cas. En effet si habituellement une cinquantaine de cas humains sont recensés en France, 70 malades ont été déjà soignés cette année.

La tularémie en bref :

C’est une bactérie qui touche principalement les rongeurs, et donc le lièvre. Elle est présente dans notre département , ainsi que ceux qui nous entourent , provoquant  localement des mortalités importantes , notamment dans le Pays de Bray . Grâce au réseau SAGIR , et surtout à nos adhérents qui collectent les lièvres!!, nous avons pu « cartographier » cette maladie infectieuse (voir carte ci jointe).Les zones « à risques » semblent être situées dans le nord et l’est de notre département.

Et chez l’homme ?   

Qui  dit zoonose dit transmission à l’homme, le risque n’étant pas négligeable. Elle se transmet par inhalation ou directement par voie cutanée, par exemple des  griffures. Après quelques jours d’incubation, les signes cliniques sont généralement de la fièvre ,  des douleurs musculaires ainsi qu’un développement ganglionnaire bref des symptômes grippaux. Elle peut également provoquer une mauvaise cicatrisation  des plaies. Encore une fois les tiques sont porteurs  de la maladie…. Attention notamment aux enfants.

Quels précautions prendre ?

Il semble compliqué de porter des gants à chaque manipulation d’un lièvre !! Néanmoins il est très fortement recommandé de se laver très soigneusement les mains (avec du savon de Marseille par exemple)  entre la chasse et la collation, ainsi que juste après le dépeçage/éviscération de l’animal. Comme de coutume avec la venaison , la cuisson à cœur est vivement recommandée !!!

Vous êtes chasseur , piégeur , dites-le à votre médecin  !!

Ce n’est pas inscrit sur votre carnet de santé ! Donc lors de vos consultations , précisez-le toujours, même si vous pensez que cela n’a aucun rapport, cela peut aider votre praticien à établir son diagnostic !